mercredi 5 août 2015

Treize raisons




J'ai lu ce livre l'été dernier mais je l'ai trouvé tellement poignant que l'article était obligatoire ! Lorsque j'ai lu le résumé je me suis dit que ce livre avait l'air vraiment bizarre et puis j'étais en foire à tout alors qui dit foire à tout dit moins cher alors je l'ai pris (je fais beaucoup de foire à tout et de bouquinerie ça me permet d'économiser un peu, car on est tous d'accord la passion de la lecture finit par revenir un peu cher). Bref. 
Dans ce roman on suit à la fois Clay, à la fois Hannah. L'un reçoit des cassettes audio de l'autre. 
Hannah s'est suicidée. Mais elle a laissé à chaque personne responsable de son suicide une cassette, ça commence comme ça : 
"J'espère que vous êtes prêts, parce que je vais vous raconter l'histoire de ma vie. Ou plus exactement, la raison pour laquelle elle s'est arrêtée. Et si vous êtes en train d'écouter ces cassettes, c'est que vous êtes l'une de ces raisons."
Un peu trash, non ? Je vous l'accorde. Encore un livre que j'ai dévoré en peu de temps... (voilà pourquoi la lecture coûte cher aussi!). Parce que on finit par s'attacher au personnage de Clay alors tout du long on veut arriver à la fin pour savoir pourquoi lui aussi a reçu une cassette ? Qu'a-t-il bien pu faire ?? Est-il responsable ? Je ne répondrais pas à ces questions :)
Bien sur, on s'attache aussi au personnage d'Hannah, qu'on aimerait ramener à la vie à la fin de la lecture... 
Jay Asher évoque la solitude ressentie par les adolescents, le manque de confiance en sois aussi. Si le geste d'Hannah est affreux, on ne peut pas dire qu'il est justifié car il suffisait qu'elle parle à quelqu'un. Pas si facile pourtant. Elle s'est suicidée suite à un ensemble de petits rien qui finalement ont fait basculer l'existence d'Hannah. 
C'est sans aucun doute un livre à lire. Attention, c'est le genre de roman où, à la fin, on est comme en transe, perplexe, on voudrait une page de plus, puis une autre puis une autre... 
"Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer." J. Asher
Nymphadora 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire